Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

leconcertduroi.overblog.com

Erik Orsenna, son oeil qui frise, sa truculence, sa naïveté constructive livre son quatrième précis de mondialisation autour du moustique. Cet animal terreur de nos nuits, terreur des régions tropicales et subtropicales, car vecteur de virus, est apparu il y a 400 millions d'années. Autant dire que les diverses mutations de son patrimoine génétique en font un animal d'une souplesse d'adaptation hors du commun dont le seul objectif est de sucer le sang des mammifères pour assurer sa descendance. Il apparaît grosso modo quatre générations d'hommes dans un siècle, alors que le moustique en est à sept cents. Nous sommes battus à plate couture pour l'amélioration des gènes. L'enjeu majeur de santé publique et mondiale est de s'en débarrasser pour éviter la propagation de maladies infectieuses comme la dengue, le paludisme, la fièvre jaune, et autres. Il existe différentes méthodes, mais le maître mot n'est pas d'éradiquer l'espèce, car la Nature a horreur du vide, mais de se protéger de toutes les manières possibles. Cependant la dernière méthode qui consiste au forçage génétique ne convainc pas tous les scientifiques, car le risque est de créer des monstres encore pire que ceux que nous connaissons. Bref, le chemin est long, surtout s'il est question de ne pas violer la Nature.

Erik Orsenna, Géopolitique du moustique, éd Fayard, 279 p, 19 €

Published by Christophe DOSTA - - Essais

commentaires

Hébergé par Overblog