Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

leconcertduroi.overblog.com

Zola dépeint dans ce roman le siècle des grandes cocottes. Nana est l'archétype de la fleur de caniveau qui dans son ascension sociale va dépouiller, désosser, carboniser jusqu'à l'état de cendres des hommes de la haute bourgeoisie ou de la noblesse d'Empire, mais Nana est libre de son corps, libre de ses actes et de ses pensées. Une femme moderne? Les hommes sont veules, lâches, les femmes solidaires, soumises, ou calculatrices, dominatrices. Ce texte met en évidence et en creux la fin du Second Empire, car à la toute fin du récit les hommes crient en juillet 1870 :" A Berlin, à Berlin, à Berlin". Cela ne vous rappelle-t-il rien? La fin tragique de l'héroïne réduite à l'état de pourriture m'a rappelé avec force Le portrait de Dorian Gray.

 

Emile Zola, Nana, éd KIndle.

Published by Christophe DOSTA - - Grands auteurs

commentaires

Hébergé par Overblog