Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

leconcertduroi.overblog.com

Nous savons peu de choses de la deuxième moitié de vie de François Villon. Est-il mort prématurément ou bien comme le suggère Raphaël Jerusalmy, s'est-il vu confier une mission de la plus haute importance au profit de Louis XI ? Cette mission aurait consisté à partir à la recherche de manuscrits divers, de livres anciens au fin fond de la Palestine actuelle, mais aussi à Jérusalem, aidé par des moines du cru et par un envoyé savant et lettré du prince de Florence, Côme de Médicis. Car le roi Louis aime profondément la verve littéraire de Villon, malgré ses incartades et malgré son passé de voyou. Le roi est animé d'un dessein fort simple; il invite les sujets de son royaume à partager le même destin, qu'ils soient picards ou normands. Pour François comme pour lui, la langue est ce qui réunit en premier un peuple par delà les us et coutumes. Le roi Louis, pas féru de grec ou de latin considère Villon comme le porte-drapeau d'une nation naissante et désire ardemment que la France se démarque profondément du dogme pontifical, en autorisant par exemple les premières imprimeries à s'installer à Paris, afin que le savoir adossé au doute se diffuse largement dans le royaume. Il s'agit ni plus ni moins que de faire triompher l'humanisme et la liberté de penser.

La confrérie des chasseurs de livres, Raphaël Jerusalmy, Actes Sud, 316 p, 21 €

Published by Christophe DOSTA - - Romans historiques

commentaires

Hébergé par Overblog