Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

leconcertduroi.overblog.com

André Comte-Sponville signe dans cet ouvrage un véritable plaidoyer pour le droit au doute. Il considère qu'on peut se passer de religion, mais pas de communion, ni de fidélité, ni d'amour. En effet, la vie est plus précieuse que la religion, la fidélité plus importante que la foi, et l'amour plus précieux que l'espoir ou le désespoir. Il revendique alors son droit de ne pas croire en Dieu en exposant six arguments irréfutables et quantifiables. Les prétendues preuves de son existence sont très faibles. S'il existait, notre expérience commune nous amènerait à le sentir plus près de nous. Le troisième argument, plus scientifique, réside dans le fait qu'on ne peut expliquer clairement ce qu'on ne comprend pas. Le mal occupe un espace démesuré et enfin, nous pouvons constater sans problème, que malheureusement, l'Homme est d'une médiocrité incommensurable.

Il est temps alors, devant les périls qui se profilent à l'horizon de résister au fanatisme qui se nourrit exclusivement de dogmatisme et de terrorisme. Nos armes contre cette double faute morale contre l'intelligence et la liberté sont la démocratie et la liberté de conscience. Sur ce dernier point, la laïcité permet aussi bien de protéger la religion que l'irreligion qui sont des droits.

En guise de conclusion, l'auteur revient sur la notion de fidélité qui se décline en trois séquences:la fidélité au vrai qui s'exprime dans le rationalisme, la fidélité à l'amour qui n'est rien d'autre que l'humanisme et la fidélité à leur séparation dont le moteur est l'athéisme.

"C'est l'amour, non l'espérance, qui fait vivre. C'est la vérité, non la foi, qui libère."

André Comte-Sponville, L'esprit de l'athéisme, éd Albin Michel, 219 p,

Published by Christophe DOSTA - - Essais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Hébergé par Overblog